Skip to content

‘Doing Business’ en Côte d’Ivoire : Création d’entreprise – Présentation de l’environnement d’affaires

‘Doing Business’ en Côte d’Ivoire : Création d’entreprise – Présentation de l’environnement d’affaires

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Le secteur privé stimule la créativité, qui est porteuse de valeur ajoutée, et par conséquent est source d’enrichissement sur de nombreux plans, pour ceux qui s’y engagent. Aujourd’hui, l’usine du monde se trouve en Chine. Les Etats Unis d’Amérique et l’Europe tentent de garder le cap, non sans difficulté, mais tout le monde est d’avis que l’Afrique est le continent du futur.

Cette dernière décennie donc, l’on a assisté à une montée en puissance de l’intérêt pour l’Afrique. Américains,
Européens, Asiatiques, tous courent vers le continent noir. La raison : faire des affaires et gagner beaucoup d’argent. Cela dit, lorsque vous êtes au stade de la création d’entreprise, vous plongez automatiquement dans un univers rythmé de questions. Pour l’établissement de votre activité, certaines procédures administratives seront sensiblement les mêmes, ce, quel que soit l’endroit du globe où vous comptez installer l’entreprise. Cependant, certains pays disposent de méthodes particulières. Et il convient de les connaitre, avant de vous y aventurer.


Dans le cadre de la rédaction de cet article, notre intérêt s’est porté sur l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire. Principalement à l’étape de création et au système d’accompagnement des entreprises.


Création d’entreprises en Côte d’Ivoire : quelques chiffres.


En 2018, ce sont environ 15.000 entreprises qui ont vu le jour en Côte d’Ivoire selon le CEPICI. Soit en moyenne, 60 créations d’entreprises par jour. Deux tiers (2/3) d’entre elles sont des SARL (Société A Responsabilité Limitée).


En Côte d’Ivoire, la création complète d’une SARL se fait en 6 jours. D’une part, c’est encore loin du numéro 1 mondial en la matière, la Nouvelle Zélande, où l’on peut créer une entreprise en une demi-journée. D’autre part, c’est un délai hyper compétitif en Afrique Sub-saharienne qui a un une moyenne de 21.5 jours. En termes de coût, 25.000 FCFCA suffisent pour l’enregistrement de l’entreprise.

Mais alors, à qui s’adresse-t-on dans le processus de création d’entreprise en Côte d’Ivoire ?


Principales institutions indispensables pour la création d’entreprises et leurs rôles.


La Côte d’Ivoire demeure l’une des meilleures destinations en matière de création d’entreprise en Afrique. C’est donc pour maintenir son leadership, qu’elle a mis en place ou soutenue la mise en place de certaines structures dont la mission principale est de faciliter l’encadrement des créateurs d’entreprise nationaux et / ou internationaux.


Au nombre de ces structures, nous pouvons citer le Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI),la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire (CCI Côte d’Ivoire), la Confédération générale des Grandes entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), l’Agence Côte d’Ivoire Petites et Moyennes Entreprises (Agence CI PME), la Fédération des Petite et Moyennes Entreprises.


A côté des structures nationales, l’on peut également citer certaines structures privées notamment la Chambre de commerce française en Côte d’Ivoire, la Chambre de Commerce belge en Côte d’Ivoire, la Chambre de Commerce marocaine etc.


Même si parfois ces structures jouent des rôles quai similaires, force est de noter qu’elles sont complémentaires dans leurs missions à tel point qu’elles arrivent pour certaines à développer des synergies de collaboration lors de l’accueil de certaines délégations d’hommes d’affaire étrangers.


A ce stade de notre article, il est bon d’aborder les différents rôles que chaque structure joue dans le paysage
entrepreneurial ivoirien. Dans le cas d’espèce, nous allons rester pratique en évitant de citer de façon systématique et lapidaire les missions qui figurent sur les différents sites internet de ces structures.


Dans ce paragraphe, il s’agira de vous dire de façon pratique comment interagissent ces différentes structures. En effet, pour tout investisseur national ou international, il y a deux portes d’entrée dans le monde des affaires en Côte d’Ivoire que nous lui conseillons : La CCI Côte d’Ivoire et la CGECI.


L’une des missions principales de la CCI Cote d’Ivoire, est d’accueillir de manière gracieuse tous les porteurs de projets, créateurs d’entreprise, investisseurs nationaux et internationaux et de leur fournir le maximum d’informations sur l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire. La CGECI a également la possibilité de réaliser cette mission d’accueil,mais compte tenu de son statut d’organisation privée bénéficiant d’un appui financier de l’Etat, ce service peut être facturé. C’est le lieu de vous donner la petite différence qui existe entre ces deux structures.


La CCI Cote d’Ivoire est une Institution de l’Etat de Côte d’Ivoire. C’est à dire que chaque année son fonctionnement est pris en compte dans le budget annuel de l’Etat ou alors l’Etat lui concède la gestion de certains patrimoines. Contrairement à la CGECI, qui est un groupement de plusieurs entités et qui bénéficie du soutien financier de l’Etat.


En plus d’accueillir les investisseurs, la CCI Cote d’Ivoire organise l’accueil des missions ou délégations d’hommes d’affaires étrangers arrivant en Côte d’Ivoire ou des missions d’hommes d’affaires ivoiriens allant en prospection hors de la Cote d’Ivoire. La CGECI réalise également ce type de services et bien souvent elle le fait en collaboration avec la CCI Cote d’Ivoire. Pour résumer, ces deux structures sont les deux portes d’entrée à partir desquelles vous pourrez avoir toutes les informations nécessaires à la création de votre entreprise.


A la suite de ces deux structures, nous conseillons, le CEPICI pour la suite de la procédure. En effet, le CEPICI est une institution mise en place en 1993, sur recommandation de la Banque Mondiale. Cette structure dispose d’un Guichet Unique de l’Investissement. Ce guichet regroupe toutes les entités qui interviennent dans le processus de création d’entreprise. Par conséquent après avoir obtenu toutes les informations à la CCI Cote d’Ivoire ou à la CGECI, vous y allez pour concrétiser la création de votre entreprise qui se fait en 72h conformément aux missions qui leur ont été fixées.


L’Agence Ivoirienne des petites et moyennes entreprises est une structure d’Etat. Elle est le résultat de la fusion de plusieurs petites structures qui existaient par le passé. Cette agence, a pour mission d’accompagner les petites et moyennes entreprises dans leur développement en leur mettant à disposition des ressources. Dans ce domaine,l’agence interagit beaucoup avec la Fédération des Petites et moyennes Entreprises qui est une structure privée.


Les différentes chambres de commerce notamment la Chambre de commerce française en Côte d’Ivoire, la Chambre de Commerce belge en Côte d’Ivoire, la Chambre de Commerce marocaine en Côte d’Ivoire, sont des organisations privées qui organisent des services pour les comptes de leurs adhérents que sont généralement des entreprises originaires des pays dont la structure porte le nom.


Moyens mis à disposition dans l’accompagnement à la création d’entreprise (l’exemple de la CCI est intéressant).


Quoi que d’importants progrès aient été réalisés, beaucoup reste encore à faire en matière d’accompagnement à la création d’entreprise. En effet, l’essentiel des appuis apportés par les structures existantes sont d’ordre technique. Il existe très peu de structure de financement de la création d’entreprise. Et lorsqu’elles existent, les conditions de financement sont tellement drastiques qu’en fin de compte les créateurs d’entreprise préfèrent utiliser le love-money ou financement familiale ou encore le crowdfunding pour financer leur initiative.

Certains porteurs de projet, les plus téméraires préfèrent participer à des concours, espérant bénéficier d’un
financement à l’issue de celui-ci. Parlant de concours, la CEGCI organise chaque année un concours à l’attention des jeunes entrepreneurs, avec pour but de les financer.


Pour revenir à notre sujet, il faut dire que chaque structure d’appui à l’entreprise dispose d’un plan de mission
complémentaire à la mission d’une autre structure. Dans le cas d’espèce, la CCI Côte d’Ivoire ne fait que d e l’appui technique en matière de création d’entreprise. Il s’agit notamment de l’accueil, de l’orientation et du conseil pour mieux appréhender les réalités entrepreneuriales. Idem pour la CGECI à la différence que cette structure organise un concours du meilleur business plan chaque année. Ce concours permet au vainqueur d’obtenir du financement pour son activité.


Dans nos prochains articles nous détaillerons l’appui technique proposé par ces structures, et nous aborderons la question de la préparation des entrepreneurs et porteurs de projets.

Cet article a été corédigé par Michael P. KOUASSI et Clovis DJIREBO.